# Mon Monde Magique : Mes Gardiens #

Publié le par Ysera

Comme je vous le dit depuis déjà un moment, j’ai envie de vous poster quelques rituels, adaptés d’autres païens ou de mon propre cru, mais avant, je me dois de vous présenter ma conception des Gardiens, telle qu’elle est et sera écrite dans mon Grimoire. Elle se base sur mes propres croyances des puissances élémentaires. Le prochain texte que vous lirez sera sûrement l’introduction dictée par l’un des personnages d’un livre que je rêve de publier depuis des années, mais qui à mon sens n’est peut-être pas assez achevé encore. Le jour où l’expérience grandissante aura atteint son but et ne me dictera plus de nouvelles idées quotidiennement, je serais prête.

 

Certains les nomment Génies, Grands Esprits, ou plus simplement Piliers, Maîtres des Eléments. Pour nous, le nom est plus simple et pourtant tout à fait évocateur : Dragons. Air, Feu, Eau, Terre, Esprit, Monde. Tels sont ceux qui veillent sur nous, d’un lieu que nous ne pouvons qu’imaginer, qui nous prêtent leur attention le temps d’une évocation, qui couvent de leur regard de feu et de leurs ailes immenses les sanctuaires sacrés où nos âmes aiment à vagabonder. Maintes fois imaginés, décrits, chantés, représentés, personne ne connait réellement leur visage. Certains disent que, tels les démons mineurs des contes d’autres terres, ils aiment parfois à se métamorphoser en adoptant nos traits de sorte que, parfaitement indissociables dans la foule, ils puissent nous observer à leur guise. D’autres affirment que, s’ils se montrent parmi nous, ce ne sera que sous leur véritable forme, survolant les cités et les villages, les ailes déployées, couvrant de leur ombre gigantesque jusqu’au plus grand des palais.

 

[...]

 

Le souffle vient de l’Est, quand le Soleil se lève, arborant sa couleur. Il est le mouvement, l’art de la communication et celui de la divination, du haut art mental, habitant les volutes de fumée de l’encens.

La chaleur vient du Sud, au plus fort de la course de l’astre, teinté de la couleur des flammes. Le feu, la transformation et la force de la passion sont ses attributs, comme la danse des bougies par lesquelles il se manifeste.

La sagesse de l’onde coule depuis l’Ouest, du profond bleu des flots qui conduisent tout. L’eau est maîtresse de de l’amour et de la beauté, des émotions et de leur spiritualité, ainsi que de la guérison. Sa seule présence, sous n’importe quelle forme, suffit à évoquer son pouvoir.

L’étreinte de la Mère afflue du Nord, puisant ses forces dans la Terre, colorée du même ton des prairies qu’elle porte en manteau, permettant l’unité.

Esprit est une entité plus particulière, symbole des déesses et des dieux, du psychisme, de la Magie dans son état le plus pur, arborant pour se matérialiser la couleur de cette dernière, symbolisé par les tourbillons des éléments qui se croisent et s’entrechoquent.

Enfin, Monde est le Tout. Chaque lande est son territoire, chaque foyer est sa demeure, chaque vie est couvée de son regard. Tantôt noir, tantôt blanc, il est le jour et la nuit. Il est guide et il veille à l’harmonie.

 

 

Même si ce texte pourrait laisser penser le contraire, la voie que je suis n'est pas uniquement basée sur  ces entités, contrairement aux croyances de l'histoire dont il est extrait. Bien entendu, la Déesse et le Dieu sous plusieurs formes sont à mes côtés chaque jour, dans mes pensées, mes prières, dans mes mots, dans mes poèmes et mes gestes rituels.


Publié dans Autel et Grimoire

Commenter cet article