# Historique de la Sorcière (suite) #

Publié le par Amethyst

 Oui en effet, un peu plus long que ce que j'imgainais pour cette première partie, même si je n'i pas l'impression d'avoir dit grand chose...

 

Place à la suite !

 

2000 : Fin de ma première année de collège et intérêt grandissant pour l'ésotérisme, notament en parlant avec ma grand-mère, en feuilletant une partie des nombreux livres qu'elle possède. Je commence à écrire des petits poèmes et à imaginer une histoire fantastique qui se développera au fil des années pour devenir la saga inachevée qu'elle est aujourd'hui. Peu d'amis, très peu de sorties, et une bête noire qui se servira de moi dans ses moments d'ennuis et de solitude pour ensuite me jeter et me rabaisser plus bas que terre, y compris devant nos amis communs et sa famille.

 

rentrée 2000 - brevet 2002 : Durant ces deux dernières années de collège, j'ai noué des liens très forts avec ma "soeur", qui devenait chaque jour plus qu'une meilleure amie, une confidente... Beaucoup de gamineries, les notes qui se détériorent, des heures au téléphone, la découverte d'internet... Côté ésotérisme, baignées par des références peu honorables telles que Charmed puis Harry Potter, je ne cesse de me documenter, je commence à écrire des poèmes de prières, des sortes de rituels de mots et de gestes, mais qui garderont un côté enfantin et crédule qui ne me plait vraiment plus aujourd'hui (grosse goutte qui coule le long du visage honteux... haha!)

 

rentrée 2002 : Initiation au rock'n'roll ! D'abord gentiment, rock et pop-rock, puis dans les collections de Papa avec le hard rock des années 80, pour me faire au final une large play-list de pop, rock, hard rock, metal, heavy, death... De plus en plus d'insouciance, des notes au raz du sol, mais de grandes parties de rigolade ! J'écris de plus en plus. Je commence à fréquenter pas mal de forums parlant de musique, je me fais une idée du monde et de la diversité des gens.

 

2003 : sur conseils de ma tante, professeur d'éducation physique, très bonne physionomiste et adepte des médecines douces, je finis par me rendre chez le médecin pour des problèmes de dos. Médecin qui m'envoie voir un très bon chirurgien à Paris, qui me fait passer des examens plusieurs fois... J'ai une scoliose, assez prononcée mais pas trop dangereuse. Mon chirurgien m'explique que ça devra être opéré, mais qu'il est préférable pour moi de ne pas perturber mon cycle scolaire, donc de ne pratiquer l'intervention qu'apèrs mes études. Grand soulagement, je ne pense pas à l'avenir et continue à vivre au jour le jour ma relation avec ma "soeur" qui ne le sera plus tellement l'espace d'une année.

Fin de l'année scolaire. Trop de mauvaises notes et de comportements à risque, mes parents décident de me changer de lycée pour me séparer de ma moitié, que je ne cesserai pas de fréquenter pour autant. Je fais donc ma rentrée 2003 entourée uniquement de nouvelles têtes, sauf une, mon meilleur ami d'enfance, qui me sera d'une grande aide pour réfléchir sur moi même. Mon approche de la magie se tourne vers les côté obscurs, je découvre et fréquente un petit groupe d'adolescents rebelles et gothiques.

 

février 2004 : Le verdict traumatisant tombe, après de nouveau examens. l'opération ne peut pas attendre, ma colonne a fortement dévié en l'espace de quelques mois et l'opération doit être réalisée au plus vite. Pour la première fois, je vois mon père pleurer, il a tout autant peur que moi, voire plus. Le chirurgien essaye de le rassurer par cette phrase maladroite mais tellement drôle quand on y repense des années plus tard : "vous avez plus de risques de mourir brûlés dans l'explosion de votre voiture sur le périph' en venant à l'hopital que votre fille de mourir à cause de l'anesthésie générale". Pas très envie de rire sur le coup, mais maintenant si !

L'opération se passe bien. Une expérience rare me prend quelques nuits après mon opération, que je relaterai peut-être plus tard, car même si elle fait partie de mon "patrimoine ésotérique" elle reste très très personnelle et marquante.

La rééducation suite à l'opération (1er avril 2004 - 6 juin 2004) se fait dans un centre spécialisé. Entourée de jeunes, j'apprends à relativiser sur ma douleur, à moins me plaindre, a comprendre les autres, à anticiper leurs peurs, leurs questions, mais pas à discerner le vrai du faux. Un amant "secret", bourreau d'une histoire brêve et d'un coeur déjà fragile, commencera à me faire changer pour me laisser tomber du jour au lendemain. Mais surtout, dans ce centre, il y aura Steph. L'amitié qu'elle me portera durant la fin de sa courte existence sera une des plus formidables que j'aurais pu connaître, grande confiance, grande dévotion, allant me faire découvrir un grand site internet sur lequel elle m'inscrira, site dont je ne mentionnerais pas le nom, car il existe toujours, et je pense qu'il a fait plus de mal que de bien pour une bonne partie des gens qui l'ont considéré comme une vraie communauté et se sont investis pour la faire vivre. Mais j'y ai quand même rencontré des gens formidables.

 

rentrée 2004 - bac 2006 : J'aurais beaucoup (trop) de choses à dire sur cette période pour détailler tout ce qui est intéressant, mais de toute façon, ce n'est pas le but. Je réalise que la vie n'est pas éternelle avec les décès successifs des membres âgés de ma famille (notament ma dernière arrière-grand-mère, un grand-oncle dont la perte fera beaucoup pleurer mon père...) et d'amis chers (Steph, terrassée par son cancer, un ami qui se suicide, un amant qui meurt dans un accident de la route). Mon intérêt plus la magie est plus noir que jamais, je ritualise des malédictions qui n'apaiseront jamais ma souffrance, mes notes de plus en plus basses (c'était encore possible ?), ce qui ne m'empêche pas d'éviter un nouveau redoublement. La petite saga que j'écrivais, qui était assez "fluffy bunny" jusqu'ici, commence à voir naître ses aspects sombres (la mort du guide, la séparation du clan, un tome ou l'héroïne se retrouve seule tout du long). Je trouve mes seuls réconforts de l'époque sur internet où je partage mon envie d'écrire avec d'autres femmes sous forme de récit à 4 mains, et chez ma grand-mère qui tombait peu à peu malade, à ses côtés ou avec mon cousin de 3 ans mon âiné, ainsi que d'Uccellina ("petit oiseau" en italien) qui, comme l'indique son nom, est une superbe petite chatte noire, espiègle et dont l'irritabilité à fait sa légende dans la famille !

Malgré tout ces écarts et ces mauvais comportements (fugue, engueulade avec mes parents, sorties à des heures pas possibles), j'ai eu mon bac du premier coup avec l'honorable note de 11.68, grâce aux révisions orchestrées en compagnie de ma "soeur", certes pas dans les règles de l'art, mais ayant séché la moitié des cours de ma dernière année de lycée, je pense que je m'en suis plutôt bien tirée !

 

 

 

# Troisième et dernière partie à suivre sous peu ;) #

Publié dans Vie quotidienne

Commenter cet article